La donnée n’a jamais été aussi présente dans les préoccupations des organisations, dans les discours, dans les intentions de toutes les parties prenantes. Paradoxalement ce trop plein d’information est vécu comme anxiogène, les termes ‘infobésité’, ‘fake news’, ‘hyperchoix’ … ont fait leur apparition pour tenter de décrire ce qui est devenu un frein à la performance et un facteur de stress régulièrement pointé du doigt.

De quoi parle-t-on vraiment ?

Cela fait maintenant plusieurs décennies que les entreprises, de toutes sortes, accumulent de la donnée.

Qu’est ce qui change ?

Certainement l’usage que l’on veut en faire. Les accès en situation de mobilité (smartphones) se sont multipliés, les marchés, et donc les consommateurs, semblent vouloir imposer des temps de réaction beaucoup plus courts (la réactivité), l’univers de la demande est de plus en plus incertain, volatile, le choix des offres est plus visible, plus facilement comparable… Dans ce contexte les organisations cherchent des solutions à travers la donnée, sa circulation, afin de la valoriser, la rendre utile, l’augmenter ! On devine aujourd’hui les bouleversements liés à cette prise de conscience à travers l’essor de concepts autour de la donnée, de son utilisation, des nouveaux métiers qui vont l’exploiter. Et si on n’y arrive pas tout seul, l’IA nous aidera, ce graal apprenant par lui même.

Les entreprises sont-elles prêtes?

Les femmes et les hommes qui les composent, sont elles/ils prêt.es ? Cela nous interroge forcément sur notre relation à la donnée, qu’elle soit information utile, ou inutile, parasite de notre capacité d’absorption, qu’elle induise des biais de compréhension ou qu’elle soit claire, qu’elle soit contextualisée ou brute, qu’elle soit identifiée ou non… Qu’elle soit identifiée, en effet, ou qu’elle fasse partie de cette masse de donnée, figurant la partie immergée de l’iceberg, qui n’est pas appréhendée collectivement et qu’on essaie de remettre dans des cases au travers d’outils dits “collaboratifs” : on parle ici des mails qui servent tous les processus, des tchats, des documents bureautiques qui viennent s’entasser dans des répertoires à la classification qui s’obscurcit au fil du temps !

L’intelligence artificielle va-t-elle bouleverser les modes d’organisation de l’entreprise ?

Car l’IA viendra, sans doute. Et si ce n’est pas l’IA, ce sera une autre innovation allant dans le sens de l’automatisation des relations (tchatbots) et des processus. La question reste entière : est ce qu’il est souhaitable, pour une entreprise, de se faire dicter son organisation par une IA ? Si l’on considère l’inéluctabilité de la démarche, ne faut-il pas mieux réinterroger, dès aujourd’hui, son organisation afin de la préparer aux révolutions futures ?

David FORTINEAU, Dirigeant SIGAL

Faire de l’usage de vos données un levier de performance pour votre organisation.

➔ Découvrir notre expertise

Nous décryptons l’actu

Louper sa transformation digitale, c’est possible si…

LIRE L’ARTICLE

Commerciaux, replacez vos clients au cœur de vos échanges, automatisez le reste !

LIRE L’ARTICLE

Pourquoi le mail n’est-il pas un outil de gestion ?

LIRE L’ARTICLE

5 conseils pour réduire efficacement vos emails professionnels !

LIRE L’ARTICLE

La France, leader en Europe, dans l’implémentation de l’IA au sein de ses entreprises

LIRE L’ARTICLE

Numérique versus Digital, quelles différences ?

LIRE L’ARTICLE

Le Shadow IT, « l’informatique de l’ombre » : quand le danger vient de l’intérieur…

LIRE L’ARTICLE

Réappropriez-vous l’ensemble des données qui gravitent dans votre entreprise et gagnez en performance

LIRE L’ARTICLE

Comment améliorer la qualité de sa relation client grâce à l’automatisation ?

LIRE L’ARTICLE

Gestion des données en entreprise : 5 tendances pour 2020

LIRE L’ARTICLE

Intégrez vos clients au cœur de votre organisation et gagnez en performance

LIRE L’ARTICLE